Archive pour la catégorie 'Monuments'

Palais du Tau

Palais du Tau dans Monuments 450-palais-du-tau-(1)

Palais du Tau

Ce palais archiépiscopal, construit à Reims entre 1498 et 1509, puis reconstruit en partie en 1675 et après l’incendie du 19 septembre 1914, doit son nom à son plan qui était, au Moyen Âge, en forme de lettre T (tau en grec). C’était le lieu de résidence des rois à l’occasion de leur couronnement. La salle du Tau, où se tenait le banquet royal, héberge une immense cheminée datant du XVe siècle.

Depuis 1972, le palais du Tau est un musée national qui abrite la statuaire déposée de la cathédrale, les tapisseries qui y étaient exposées et, dans deux chambres fortes, le Trésor, qui comporte notamment des reliquaires et de nombreux objets utilisés à l’occasion du sacre des rois de France. Parmi ces reliquaires, on peut citer le talisman de Charlemagne, cadeau du calife Haroun ar-Rachid. Ce bijou en or, émeraude, perles et saphirs contenant une épine de la vraie Croix, a été trouvé au cou de l’empereur quand il a été exhumé, en 1166. Il est au palais depuis 1919.

 

 

Publié dans:Monuments |on 25 avril, 2007 |Pas de commentaires »

La porte Mars

Porte de Mars, Reims(3).jpg

 

La porte de Mars (ou porte Mars) date du IIIe siècle, ce qui fait d’elle le plus ancien monument de Reims. Elle tient son nom de la proximité d’un temple dédié à Mars le dieu romain de la guerre. C’est un arc de triomphe de 33 mètres de long (le plus long du monde romain) pour 13 mètres haut, constitué de 3 arches bordées de colonnes. L’intrados des voûtes, aujourd’hui très dégradé, offre une rare et intéressante représentation d’une moissonneuse gauloise.

Publié dans:Monuments |on 24 avril, 2007 |Pas de commentaires »

Basilique saint-Rémi

Basiliquestremy.jpg

La basilique Saint-Remi est un édifice religieux chrétien, construit aux alentours de l’An mil, dans la ville de Reims (Champagne). Après la cathédrale, qu’elle égale presque en taille, la basilique Saint-Remi est l’église la plus célébre de Reims. Elle fut longtemps rattachée à une importante abbaye. Saint-Remi date des XIe,XIIe,XIIIe et XVe siècles. Cette église contient les reliques de l’évêque saint Remi (évêque de Reims), qui a baptisé Clovis, roi des Francs, en l’an 496 de l’Incarnation, après la bataille de Tolbiac.

Note :

Dans la région de Reims, on a coutume de prononcer saint Remi (voire R’mi), car l’accent aigu n’existait pas à l’époque. Cette coutume de prononciation perdure toujours aujourd’hui.

La basilique a été consacrée par le pape Léon IX en 1049. Ce pape, né à Eguisheim en Alsace (nom actuel de la région), voyageait beaucoup entre les régions actuelles d’Italie, de France et d’Allemagne. On peut noter qu’après qu’il fut fait prisonnier par les Normands et après sa mort en 1054, il y eut un schisme entre l’Orient et l’Occident.

L’édifice adopte le plan de la basilique. La nef et les transepts, de style roman, sont les plus anciens, tandis que la façade du transept sud est la partie la plus récente. Le chœur et l’abside remontent quant à eux aux XIIe et XIIIe siècles.

Les monuments de valeur qui se trouvaient au sein de l’église par le passé ont été pillés durant la Révolution, et même la tombe du saint est une reconstitution récente. Il reste toutefois des vitraux du XIIe siècle dans l’abside, ainsi que des tapisseries représentant l’histoire de saint Remi, données par Robert de Lénoncourt. La Basilique Saint-Remi ainsi que l’abbaye bénédictine attenante du XVIIIe. (Musée Saint-Remi, collections gallo-romaines notamment) sont classées au patrimoine mondial par l’UNESCO.

Le 1er août 1918 des obus allemands s’abattent sur la basilique, le toit s’enflamme et s’effondre. Les murs restent intacts mais le sol est couvert de décombres et il ne reste plus que les transmitions de l’orgue Brisset. Ce n’est qu’en 2000 que la basilique se verra à nouveau dotée d’un grand orgue du facteur Bertrand Cattiaux.

Le pape Jean-Paul II a effectué un voyage à Reims en 1996, pour commémorer le 1500e anniversaire du baptême de Clovis, premier roi des Francs, par saint Remi.

La Basilique Saint-Remi commémore en 2007 son millénaire.

Publié dans:Monuments |on 24 avril, 2007 |Pas de commentaires »

La Cathédrale Notre-Dame de Reims

La Cathédrale Notre-Dame

Notre-Dame de Reims

La cathédrale fut restaurée sous la direction d’Henri Deneux, natif de Reims et architecte en chef des monuments historiques, avec l’aide précieuse de mécènes américains (notamment la famille Rockefeller). Le chantier débuta en 1919 et dure encore de nos jours.
La charpente de chêne, détruite, fut remplacée par une remarquable structure, plus légère et ininflammable, constituée de petits éléments préfabriqués en ciment-armé, reliés par des clavettes en chêne pour garantir la souplesse de l’ensemble. Deneux s’est inspiré d’un ingénieux système inventé par l’architecte Philibert Delorme au XVIe siècle.
Son faible encombrement a permis le dégagement d’un vaste espace, formant une véritable nef, au-dessus du voûtement de la nef.

s est une cathédrale du XIIIe siècle, postérieure à Notre-Dame de Paris et Notre-Dame de Chartres, mais antérieure aux cathédrales de Strasbourg, Amiens et Beauvais. C’est l’une des réalisations majeures de l’art gothique en France, tant pour son architecture que pour sa statuaire, et elle est inscrite, à ce titre, au patrimoine mondial de l’UNESCO. La cathédrale de Reims était, sous l’Ancien Régime, le lieu du sacre des rois de France. Le dernier sacre, celui de Charles X, eut lieu le 29 mai 1825.

Une première cathédrale fut édifiée à Reims au Ve siècle par l’ évêque saint Nicaise sur d’anciens thermes gallo-romains. Déjà dédiée à la Sainte Vierge, cet édifice accueillit le baptême de Clovis (496 ou 498) consacré par l’archevêque saint Remi. En 816, le fils de Charlemagne, Louis Ier le Pieux choisit Reims pour y être sacré empereur. Le prestige de la sainte Ampoule et la puissance politique des archevêques de Reims aboutirent à partir d’Henri Ier (1027) à fixer définitivement le lieu du sacre à Reims.

Le 6 mai 1211, l’archevêque de Reims Aubry de Humbert lance la construction de la nouvelle cathédrale de Reims (l’édifice actuel), destinée à remplacer la cathédrale carolingienne détruite par un incendie l’année précédente. Quatre architectes se succédèrent (Jean d’Orbais, Jean-le-Loup, Gaucher de Reims et Bernard de Soissons) sur le chantier dont le gros œuvre fut achevé en 1275.

Le nombre de statues qui l’ornent (2303) est supérieur à celui de toutes les autres cathédrales européennes. La façade intérieure est, elle-même, décorée de petites figures sculptées dont la célèbre « communion du chevalier ». On peut observer notamment sur le portail gauche la statut de « l’ange du sourire », emblème de la ville de Reims et la Reine de Saba restaurée en 2006 – 2007.

La hauteur de la nef sous la clef de voûte est de 38 mètres et donc bien inférieure à celle d’Amiens (42,30 m) ou de Beauvais (46,77 m). L’impression générale depuis l’extérieur est, comme pour toutes les églises gothiques, celle d’un grand élan vers le ciel. Les deux tours occidentales sont dépourvues de flèches mais culminent tout de même à près de 82 mètres de hauteur.

Le point le plus élevé est l’ange du clocher à l’ange situé au-dessus de l’abside à 87 mètres.

À 50 mètres du sol, sur la face occidentale, se trouve la galerie des rois avec, au centre, le baptême de Clovis. Plus bas, on peut observer le récit du combat de David contre Goliath et, juste au-dessus du grand portail, le couronnement de la Vierge.

La cathédrale de Reims a été qualifiée de « cathédrale martyre » car, en 1914, peu après le début des hostilités, elle commença à être bombardée par les Allemands. Un échafaudage resté en place sur la tour nord prit feu, permettant à l’incendie de se communiquer à toute la charpente. Le plomb de la toiture fondit et se déversa par les gargouilles. Les riverains le ramassèrent par la suite et le restituèrent à l’issue du conflit.
 

Publié dans:Monuments |on 24 avril, 2007 |Pas de commentaires »

j'adors les chevaux ! |
Chez Odile |
COLLECTIF PIRATES B |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | LE mediateur
| P O S I T I V E R
| encore zun