Archive pour la catégorie 'Histoire'

Les rois sacrés à Reims

Sacre des rois à Reims.

  • Dimanche 5 octobre 816 : Louis Ier le Pieux, à Reims par le pape Étienne IV
  • Dimanche 28 janvier 893 : Charles III le Simple, à Reims
  • Dimanche 30 juin 922 : Robert Ier (Robertien), à Reims
  • Dimanche 12 novembre 954 : Lothaire, à Reims
  • Dimanche 14 mai 1027 : Henri Ier, à Reims
  • Dimanche 23 mai 1059 : Philippe Ier, à Reims. Un deuxième sacre à Laon en 1067
  • Dimanche 14 avril 1129 : Philippe, à Reims. Mort accidentellement en 1131, ce fils de Louis VI n’a pas régné.
  • Dimanche 25 octobre 1131 : Louis VII, à Reims, du vivant de son père, par le pape Innocent II. Deuxième sacre le mardi 25 décembre 1137 à Bourges.
  • Jeudi 1er novembre 1179 : Philippe II Auguste, à Reims
  • Dimanche 6 août 1223 : Louis VIII le Lion, à Reims
  • Dimanche 29 novembre 1226 : Louis IX, à Reims.
  • Samedi 15 août 1271 : Philippe III, à Reims
  • Dimanche 6 janvier 1286 : Philippe IV le Bel, à Reims
  • Dimanche 3 août 1315 : Louis X, à Reims
  • Dimanche 9 janvier 1317 : Philippe V le Long, à Reims
  • Dimanche 21 février 1322 : Charles IV le Bel, à Reims
  • Dimanche 29 mai 1328 : Philippe VI de Valois, à Reims
  • Dimanche 26 septembre 1350 : Jean II le Bon, à Reims
  • Dimanche 19 mai 1364 : Charles V, à Reims
  • Dimanche 4 novembre 1380 : Charles VI, à Reims
  • Dimanche 17 juillet 1429 : Charles VII, à Reims en présence de Jeanne d’arc.
  • Samedi 15 août 1461 : Louis XI, à Reims
  • Jeudi 20 mai 1484 : Charles VIII, à Reims.
  • Dimanche 27 mai 1498 : Louis XII, à Reims
  • Jeudi 25 janvier 1515 : François Ier, à Reims
  • Mardi 26 juillet 1547 : Henri II, à Reims
  • Lundi 18 septembre 1559 : François II, à Reims
  • Jeudi 15 mai 1561 : Charles IX, à Reims.
  • Dimanche 13 février 1575 : Henri III, à Reims
  • Dimanche 17 octobre 1610 : Louis XIII, à Reims
  • Dimanche 7 juin 1654 : Louis XIV, à Reims.
  • Dimanche 25 octobre 1722 : Louis XV, à Reims
  • Dimanche 11 juin 1775 : Louis XVI, à Reims.
  • Dimanche 29 mai 1825 : Charles X, à Reims.
  • Publié dans:Histoire |on 24 avril, 2007 |Pas de commentaires »

    Les archevêques de Reims

    Blason Archevêché Reims.png

     

    Le premier texte précis concernant le diocèse de Reims est du concile d’Arles en 314; parmi les seize évêques figurant à ce Concile se trouvaient ceux de Reims (Bétause) et de Trèves, province de Belgique. D’après la tradition, l’évéché de Reims fut fondé vers 250 par les saints Sixte et Sinice. Aucun de leurs successeurs ne fut plus célèbre que saint Remi, mort en 533, après 74 ans d’épiscopat.
    Une des prérogatives des évêques de Reims fut de sacrer les rois de France, avec l’huile de la Sainte Ampoule. Dans la cathédrale de Reims actuelle, de Louis VIII à Charles X, 25 rois de France furent sacrés. C’est dans la chanson de Roland, vers 750, que l’évêque de Reims, Tilpin, est qualifié pour la première fois d’archevêque. L’archevêque reçut le titre de primat de Belgique seconde en 1089.
    En 1023, l’archevêque Ebles acquit définitivement le comté de Reims, qui fut érigé en duché-pairie entre 1060 et 1170.

    Quelques noms illustres émergent de l’histoire du diocèse de Reims : après celui de saint Remi, ceux de Gerbert (Sylvestre II), de saint Bruno, et du pape Urbain II, ceux de Gerson et de Jean Mabillon, de saint Jean-Baptiste de La Salle, sans oublier sainte Jeanne d’Arc…

    Liste des archevêques de Reims

     

    Évêques de Reims 

    • v.260 : Saint Sixte (1er évêque)
    • v.280 : Saint Sinice (2e)(†286)
    • v.290 : Saint Amanse, Amance ou Amand (3e)
    • av.300-apr.327 : Bétause ou Imbétausie (4e), (†327)
    • 328-340 : Aper, Appert ou Evre (5e), (†340)
    • ???-??? : Dyscolie (6e)
    • 348-359 : Saint Maternien (7e), (†368)
    • 361-389 : Saint Donatien (8e), (†389)
    • 390-394 : Saint Vivent ou Vincent (9e), (†394)
    • 394-400 : Sévère (†15-1-400) (10e), (†400)
    • 400-407 : Saint Nicaise (11e).
    • 407-441 : Baruche ou Parucie (12e), (†441)
    • 441-??? : Barnabé (13e)
    • ???-459 : Bennade ou Bennage, Bernage (14e), (†459)
    • 459-533 : Saint Remi (15e) (†13 janvier 533)
    • 533-535 : Saint Romain (16e) († 535)
    • 535-??? : Flavius (17e)
    • ???-550 : Mapinius (18e), (†550)
    • 550-590 : Gilles ou Aegidius(19e)
    • 590-593 : Romulphe (20e), (†593)
    • 593-631 : Sonnace (21e), (†631)
    • 631-641 : Leudégisile (22e), (†641)
    • 641-646 : Anglebert (23e), (†646)
    • 646-649 : Saint Landon (24e), (†649)
    • 649-673 : Saint Nivard (25e)
    • 673-689 : Saint Rieul, Rieu ou Réol (26e), (†695)
    • 695-717 : Saint Rigobert (27e), déposé (†743)
    • 717-744 : Milon de Trèves ou Milo (†753)
    • 744-748 : Saint Abel (28e), (†764)

     

    Archevêques de Reims 

    • 748-795 : Tilpin ou Turpin (29e) (†806)
    • 795-812 : vacance sur le siège épiscopal
    • 812-816 : Vulfaire (30e), (†816)
    • 816-835 : Ebbon (31e), déposé (†851)
    • 835-845 : vacance sur le siège épiscopal ; Foulques est chorévêque
    • 845-882 : Hincmar de Reims (32e), (†21-12-882)
    • 882-900 : Foulques le Vénérable (33e), (†17-6-900)
    • 900-922 : Herivé ou Hervé (34e), (†922)
    • 922-925 : Séulf ou Seuphes (35e), († 7-8-925)
    • 925-931 : Hugues de Vermandois (36e), (†947)
    • 931-940 : Artaud ou Artauld (37e), (†961)
    • 940-946 : Hugues de Vermandois, de nouveau(†947)
    • 946-961 : Artaud, de nouveau (†961)
    • 962-969 : Odelric ou Odalric (38e), (†966)
    • 969-988 : Adalbéron (39e), (†988)
    • 988-991 : Arnoul de France ou Arnould (40e) (†1021) fils bâtard du roi de France Lothaire, déposé
    • 991-995 : Gerbert d’Aurillac (41e) †1003), devient ensuite pape sous le nom de Sylvestre II
    • 995-1021 : Arnoul de France ou Arnould (†1021), de nouveau
    • 1021-1033 : Ebles Ier de Roucy ou Ebale (42e) (†1033), comte de Roucy, comte de Reims en 1023
    • 1033-1055 : Guy de Roucy ou Guy Ier de Châtillon (43e), (†1055)
    • 1055-1067 : Gervais de Belleme ou Gervais de la Roche-Guyon (44e), (†1067)
    • 1067-1080 : Manassès Ier (45e) † 1092), déposé
    • 1083-1096 : Renauld Ier du Bellay (46e), (†1096)
    • 1096-1106 : Manassès II de Châtillon (47e), (†1106)
    • 1107 : Gervais de Rethel, candidat du roi qui annula l’élection de Raoul le Verd pour installer Gervais, lequel fut condamné par le concile de Troyes le 23 mai 1107
    • 1107-1124 : Raoul le Verd (48e), (†1124)
    • 1124-1138 : Raymond de Martigné ou Renauld II (49e), (†1138)
    • 1140-1161 : Samson de Mauvoisin (50e), (†1161)
    • 1162-1175 : Henri Ier de France (51e), (†1175), frère de Louis VII
    • 1176-1202 : Guillaume aux Blanches Mains ou Guillaume de Champagne (52e) (1135 – †1202), cardinal (1179), fils de Thibaut II comte de Champagne
    • 1205-1206 : Le Bienheureux Guy Paré (53e) (†1206), cardinal (1190)
    • 1207-1218 : Albéric de Humbert (54e) (†1218)
    • 1219-1226 : Guillaume de Joinville (55e) (†1226)
    • 1227-1240 : Henri II de Dreux ou de Braine (56e) (1193 – †1240)
    • 1244-1250 : Yves de Saint-Martin ou Juhelle (57e) (†1250)
    • 1251-1263 : Thomas de Beaumets (58e) (†1263)
    • 1266-1271 : Jean Ier de Courtenay-Champignelles (59e) (1226 – †1271)
    • 1274-1298 : Pierre Barbet (60e) (†1298)
    • 1299-1324 : Robert de Courtenay-Champignelles (61e) (1251 – †1324)
    • 1324-1331 : Guillaume de Trie (62e) (†1331)
    • 1336-1351 : Jean II de Vienne (63e) (†1351)
    • 1351-1352 : Hugues d’Arcy (64e) (†1352)
    • 1352-1355 : Humbert II (65e) dauphin du Viennois († 1355)
    • 1355-1374 : Jean III de Craon (66e) (†1374)
    • 1373-1375 : Louis Thésait (67e) (†1375)
    • 1375-1389 : Richard de Besançon (68e) (†1389)
    • 1390-1390 : Ferry Cassine Ier (69e) (†1390)
    • 1390-1409 : Guy de Roye (70e) (†1409)
    • 1409-1429 : Simon de Cramand (71e) (†1429), cardinal (1413)
    • 1413-1413 : Pierre Troussel (72e) († 1413)
    • 1413-1444 : Renault de Chartres (73e) († 1444), cardinal (1439)
    • 1445-1449 : Jacques Jouvenel des Ursins (74e) (1410 – †1457)

     

     

    Époque moderne (1453) 

    • 1449-1473 : Jean II Jouvenel des Ursins (75e) (1388 – †1473)
    • 1473-1493 : Pierre de Montfort-Laval (76e) (†1493)
    • 1493-1497 : Robert Briçonnet (77e) (†1497)
    • 1497-1507 : Guillaume Briçonnet (78e) (†1514), cardinal (1495) frère du précédent
    • 1507-1508 : Charles Dominique de Carretto (79e) (†1514), cardinal (1505)
    • 1508-1532 : Robert de Lenoncourt (80e) (†1532)
    • 1533-1538 : Jean de Lorraine (81e) (9-4-1498 – †10-5-1550), Cardinal (1518), fils de René II de Lorraine
    • 1538-1574 : Charles de Guise (82e) (17-2-1524 – † 26-12-1574), Cardinal de Guise (1547) puis de Lorraine (1550), neveu du précédent, fils de Claude de Lorraine, 1er duc de Guise
    • 1574-1588 : Louis II de Guise (83e) (6-7-1555 – † 24-12-1588), cardinal de Lorraine (1578), neveu du précédent, fils de François Ier, 2e duc de Guise
    • 1592-1594 : Nicolas de Pellevé (84e) († 1594), cardinal (1570)
    • 1594-1605 : Philippe du Bec (85e) († 1605), auparavant évêque de Vannes (1559-1566), puis évêque de Nantes (1566-1594).
    • 1605-1621 : Louis III de Guise (86e) (22-1-1575 – † 21-6-1621), cardinal de Guise (1615), neveu de Louis II de Guise, fils d’Henri Ier de Guise dit le balafré, 3e duc de Guise
    • 1622-1629 : Guillaume de Gifford ou Gabriel de Sainte-Marie (87e) († 1629)
    • 1629-1641 : Henri II de Guise (88e) (4-4-1614 – † 2-6-1664), neveu de Louis III de Guise, fils de Charles Ier de Lorraine, duc de Guise
    • 1641-1651 : Léonore d’Estampes de Valençay (89e) († 1651)
    • 1651-1657 : Henri II de Savoie-Nemours (90e) (1625 – † 1659)
    • 1657-1671 : Antoine Barberini (91e) († 1671), cardinal (1627)
    • 1671-1710 : Charles-Maurice Le Tellier (92e) (1642 – †1710)
    • 1710-1721 : François de Mailly (93e) (4-3-1658 – † 3-9-1721), archevêque d’Arles (1697-1710), cardinal (1719)
    • 1722-1762 : Armand Jules de Rohan-Guémené (94e) (1695 – † 1762)
    • 1763-1777 : Charles Antoine de La Roche-Aymon (95e) (1697 – † 1777), cardinal (1771)
    • 1777-1816 : Alexandre Angélique de Talleyrand-Périgord (96e) (1736 – †1821), cardinal (1817), puis archevêque de Paris (1817)

     

    Époque contemporaine 

    • 1817-1824 : Jean Charles de Coucy (97e) (23-9-1746 – † 9-3-1824)
    • 1824-1839 : Jean-Baptiste de Latil (98e) (26-4-1761 – † 1-12-1839), cardinal (1826)
    • 1840-1866 : Thomas Gousset (99e) (1-5-1792 – † 22-21-1866), cardinal (1850)
    • 1867-1874 : Jean-François Landriot (100e) (9-1-1816 – † 8-6-1874)
    • 1874-1905 : Benoît Langénieux (101e) (15-10-1824 – † 1-1-1905), cardinal (1886)
    • 1906-1930 : Louis-Joseph Luçon (102e) (28-10-1842 – † 28-5-1930), cardinal (1907)
    • 1930-1940 : Emmanuel Suhard (103e) (5-4-1874 – † 30-5-1949), cardinal (1935), puis archevêque de Paris (1940)
    • 1940-1960 : Louis-Augustin Marmottin (104e) (11-03-1875 – † 9-5-1960)
    • 1960-1968 : François Marty (105e) (18-5-1904 – † 16-2-1994), cardinal (1969), puis archevêque de Paris (1968)
    • 1968-1972 : Jean-Marie Maury (106e), (22-05-1907 – † 5-1-1994)
    • 1973-1988 : Jacques Ménager (107e), (24-7-1912 – † 13-3-1998)
    • 1988-1995 : Jean Balland (108e) (26-7-1934 – † 1-3-1998), cardinal (1998), archevêque de Lyon (1995)
    • 1995-1998 : Gérard Defois (109e) (5-1-1931 – ), évêque de Lille (1998)
    • depuis 1999 : Thierry Jordan (110e) (31-8-1943 – )
    Publié dans:Histoire |on 24 avril, 2007 |2 Commentaires »

    Durocortorum

    Reims est mentionnée dans les commentaires de Jules César sous le nom de Durocortorum. Strabon cite le nom de Durocortora. Voyant l’avancée de l’armée de César, les Belges s’allièrent pour repousser cette invasion. Les Rèmes refusèrent cette alliance et choisirent d’aider Rome. L’alliance fut votée par le Sénat de Rome. Les Belges furent battus sans grande difficulté. En 53 avant J-C, César ordonna au concilium Galliae de se réunir à Durocortorum, nom donné à Reims autrefois, pour y juger la conjuration des Sénons et des Carnutes.

    Les Rèmes ayant prouvé leur fidélité à Rome, Durocortorum fut classée dans les cités fédérées, considérées comme indépendantes. Sous Auguste (entre 16 et 13 avant J.-C.), les Rèmes furent placés dans la province de Belgique dont Durocortorum devint la capitale. Les nombreux monuments ou autres traces de l’époque romaine montrent que Reims était à l’époque très prospère (de récents travaux archéologiques font même de la ville la deuxième plus vaste de l’Empire après Rome). Sept grandes voies desservaient la ville.

    En 357 et en 366, des invasions germaniques furent repoussées dans la région avant qu’elles n’atteignent Reims. En 406, les Vandales s’emparent de la ville et la pillent. Les Rémois s’étaient réfugiés dans l’église chrétienne. L’évêque saint Nicaise fut décapité sur le seuil de sa cathédrale ; une dalle dans la nef de la cathédrale actuelle en indique l’emplacement. En 451, les Huns attaquent la ville.

    C’est à Reims que Clovis Ier fut baptisé en 496 par l’évêque saint Remi. Ultérieurement, et pour cette raison, elle devient la ville du sacre des rois de France et l’archevêque-duc est pair de France.

    À l’époque mérovingienne, Reims fut l’une des capitales de l’Austrasie (on parle parfois de royaume de Reims), avec Metz. En 719, Reims fut démantelée par Charles Martel. Un grand nombre de monuments rappelant son ancienne puissance et sa prospérité à l’époque gallo-romaine disparurent.

    En 804, Charlemagne y reçoit le pape Léon III.

    Vers l’An mil, l’archevêque de Reims, Gerbert d’Aurillac, est élu pape sous le nom de Sylvestre II.

    En 1119, la ville reçoit un concile.

    En 1143, la ville obtient des franchises communales.

    La garnison de Reims, importante depuis la fin du XIXe siècle, était au siècle dernier le lieu de stationnement de nombreuses formations militaires. Celles-ci totalisaient plusieurs milliers de soldats qui étaient logés dans de nombreuses casernes : caserne Colbert (située boulevard de la Paix), caserne Jeanne d’Arc (située boulevard Pommery), casernes Neufchâtel et Maistre (situées rue de Neufchâtel)…

    La Première guerre mondiale a détruit une très grande partie de la ville. La cathédrale fut gravement endommagée par des bombardements allemands. Elle a fait depuis l’objet d’importantes campagnes de restauration qui se poursuivent encore actuellement.

    Pendant les années vingt, Reims fut le lieu de naissance d’un mouvement littéraire d’importance : Le Grand Jeu, animé principalement par René Daumal et Roger Gilbert-Lecomte.

    De 1940 au 30 août 1944, Reims sera occupée par l’armée allemande ; Eisenhower y installera son quartier général après la libération de la ville. La reddition de l’armée allemande a été signée à Reims dans une salle du Collège technique et moderne (actuel lycée Roosevelt) le 7 mai 1945 à 2 h 41, par le maréchal allemand Alfred Jodl. Cette date correspond donc à la fin des combats en Europe. Le lendemain 8 mai 1945, à l’initiative de l’Union soviétique, une seconde signature eut lieu à Berlin par le maréchal Keitel. Cette seconde date correspond à la capitulation sans conditions du régime allemand.

    Au sortir de la guerre, comme une grande partie de la France, la ville de Reims va connaître une forte urbanisation, notamment avec l’aménagement de quartiers populaires, surtout dans les années 1960-1970 (quartiers Wilson, Orgeval, Europe, Châtillons, Croix-Rouge, etc.)

    En 1962 Charles de Gaulle et Konrad Adenauer participent à une messe pour la réconciliation franco-allemande à Notre-Dame de Reims.
    En 1996, le pape Jean Paul II rend visite à la cathédrale de Reims pour célébrer les mille cinq cents ans de la monarchie chrétienne en France, correspondant au baptême de Clovis. Sur la Base aérienne 112, il célèbre une messe devant plus de deux cent mille fidèles.

    Publié dans:Histoire |on 24 avril, 2007 |Pas de commentaires »

    j'adors les chevaux ! |
    Chez Odile |
    COLLECTIF PIRATES B |
    Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | LE mediateur
    | P O S I T I V E R
    | encore zun