Tinqueux

Tinqueux

Tinqueux armoiries.png

Tinqueux est une commune française, située dans le département de la Marne et la région Champagne-Ardenne. Elle fait partie de la communauté d’agglomération Reims Métropole. Ses habitants sont appelés les Aquatintiens (un Aquatintien, une Aquatintienne). Elle fait partie des villes fleuries de France avec 3 trèfles (depuis 2003). Les villes environnantes sont : Reims, Saint-Brice-Courcelles, Bezannes, Ormes et Thillois.

Les archives publiques font mention de Tinqueux pour la première fois en 975.

Les premières traces d’occupation humaine à Tinqueux remonte à l’âge Néolithique, le site servait alors de cimetière. Durant l’Antiquité, la ville n’est qu’un petit regroupement de fermes sur la voie romaine prolongeant l’axe Est-Ouest (decumanus) de la grande cité voisine de Durocortorum (Reims).

C’est durant l’époque gallo-romaine que le lieu aurait été nommé aquaticum, ce qui signifie littéralement « lieu humide », en raison de ses sols marécageux. D’autres historiens supposent les dénominations suivantes : stans aquosa (demeure humide) ou tinta aqua (eaux colorées, teintureries). De nos jours, seule la dénomination des habitants reste encore proche du terme d’origine, le temps et les dialectes ayant progressivement transformé le nom de la ville en Taincol (1198), Tainqueue (1225), Taincqueulx (1570) et finalement Tinqueux.

La ville resta pour ainsi dire, une étape sur le chemin de la ville de Reims. Après la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), Tinqueux béneficiera de l’élan de la reconstruction, se développant rapidement autour de ses nouveaux quartiers résidentiels. Actuellement, Tinqueux est la 4e plus grande ville de la Marne.

Economie

Dans la seconde partie du XXe siècle, l’urbanisation et la construction de l’autoroute A4 permirent un dévellopement économique majeur. L’activité maraîchère, qui était historiquement dominante, subit un déclin au profit des activités industrielles, commerciales et hôtelières. Il existe quatre zones industrielles : Moulin-de-l’Ecaille, route de Soissons, Mont-Saint-Pierre et Champ Paveau.

 

Urbanisme 

La ville compte 54 hectares d’espaces verts, soit plus de 10% de sa superficie totale. Il s’agit de parcs, de jardins, de grands espaces aménagés, d’îlots de verdure disséminés dans les lotissements. Il existe 5 parcs : le parc André Bridoux (0.25 ha, 1975), le parc de la Croix Cordier, le parc de la Muire (14 ha), le parc du Champ Paveau (5 ha, 1986) et le parc de la Cure d’Air.

Les zones pavillonnaires de la ville forment un ensemble de micro-quartiers, une sorte de patchwork d’architectures des années 80 à nos jours, qui fait de Tinqueux une cité musée de l’architecture résidentielle moderne, s’il en fût. Il s’agit d’un patrimoine, peut être, encore trop contemporain pour susciter l’intérêt qui lui est dut.

 

Equipements 

Equipements pour la petite enfance

La maison de la petite enfance, la crèche, la halte garderie.

  • Equipements scolaires

Maternelles : école Jean Moulin, école Beauséjour, école Diderot, école Marcel Pagnol.

Primaires : école Jean Moulin, école Beauséjour, école Pont de Muire (première école de la ville, bâtie en 1933).

Collège : collège Paulette Billa (cycle générale, SEGPA, UPI) (ex collège Paul Eluard).

Lycée : lycée pro. Croix-Cordier (CAP, BEP, BAC pro, formation continue, prépa Marine Nationale) (lycée créateur de la formation continue en 1977).

  • Equipements sportifs

6 terrains et un stade de football (1 terrain synthétique), 4 gymnases, 14 courts de tennis, un boulodrome, un centre équestre, un stand de tir (arc, pistolet, fusil).

Publié dans : Communes |le 30 avril, 2007 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

j'adors les chevaux ! |
Chez Odile |
COLLECTIF PIRATES B |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | LE mediateur
| P O S I T I V E R
| encore zun